Le chemin serpente entre les chênaies,

tantôt complètement sous leurs feuillages,

dans leur ombre, tantôt sous les dards du soleil.

EN ALLANT A VOGUE (1)EN ALLANT A VOGUE (4)EN ALLANT A VOGUE (2)

Les cailloux, les blocs même de calcaire,

jonchent le chemin escarpé, entre les chênes.

Des chênes truffiers, des passages, des limites de pierres de calcaire.

EN ALLANT CHABROL (7)

Sur certains arbres, un lichen en un gris bleu-vert très clair.

A l’automne, sous le ciel bleu limpide, les arbres semblent fantômatiques.

EN ALLANT CHABROL (6)

Parfois, les racines créent des enchevêtrements

étranges et tortueux entre les pierres.

Doucement, nous grimpons vers le plateau.

Et là, l’étendue ouvre sur le paysage des gras, terre rude, nue, rocs,

herbes et arbustes desséchés, serpolet, javelle,

le sol aride, sous un ciel d’un bleu intense.

EN ALLANT A VOGUE (5)EN ALLANT A VOGUE (6)EN ALLANT A VOGUE (7)EN ALLANT A VOGUE (8)

Impression d’être loin de toute vie humaine hormis la sienne.

Si ce n’est cet immense pylône électrique au loin.

Ici, le vent à l’espace de circuler,

d’étendre son souffle chaud ou froid sur le paysage.

Les murets de pierres sèches subsistent

et tracent des parcelles surtout aux abords de la chênaie.

Devant l’un de ces murets de pierres grises, un arbrisseau aux fruits rougeoyants.

EN ALLANT A VOGUE (9)

Plus loin nous arrivons au-dessus du château de Voguë.

EN ALLANT A VOGUE (11)

Le chemin bifurque le long de la crête et repars dans les terre.

Une petite chapelle se dresse là.

L'ombre est rare et il fait chaud.

EN ALLANT A VOGUE (14)

Une croix, un saint inconnu Cerice.

EN ALLANT A VOGUE (13)

Mélange des temps pas toujours heureux.

EN ALLANT A VOGUE (16)

De l'autre côté du village, la Roubine.

Presque à sec, l'eau est rare.

Tout près, des jardins potagers, avec parcimonie.

Une fois passé le pont, les vignes s'échelonnent sur le flanc de la colline

Puis, de la crête des vignes, le village se déploie plus bas.

EN ALLANT A MIRABEL (2)

Au loin, les montagnes bleues des Cévennes.

Le chemin longe la crête.

D’autres vignes s’étirent à droite,

en vallons vers d’autres collines et d’autres villages.

EN ALLANT A MIRABEL (4)

Au bout du chemin, changement de décor, ambiance lunaire.

EN ALLANT A MIRABEL (1)EN ALLANT A MIRABEL (5)EN ALLANT A MIRABEL (6)

Les vignes sont maintenant en contre bas.

Une fois en bas, on peut glaner des grappes de raisin déjà mûr,

des figues blanches sucrées, des mûres.

La route passe. 

On traverse et de l'autre côté,

On rejoint la voie royale romaine. 

Pavement de pierres de calcaires. 

Là un pont, un banc et un chêne liège.

EN ALLANT CHABROL (5) 

Une pause à l'ombre.

Le chemin reprend ses escarpements un peu brutaux 

sous des chênaies drues, 

dans des parcelles à chênes truffiers. 

EN ALLANT CHABROL (7)

La végétation est plus dense, plus verte aussi.

L'humidité se ressent sous les racines.

EN ALLANT CHABROL (1)EN ALLANT A VOGUE (25)

Il fait très chaud.

Sur le cerisier, les cigales

ont abandonné leur mue.

En sortant de la terre et elles se sont dénudées

laissant là au passage vide en suspend.=

MUES DES CIGALES (2)MUES DES CIGALES (1)=

Cette fois, c’est en moto que nous allons à Ruoms,

dans l’eau fraîche de Labaume, à la passe des canoës

RUOMS (1)RUOMS (2)

savourer encore le temps des vacances.